Le chemin parcouru

Je n’ai pas blogué depuis des semaines. J’avais trop peur de vous emmerder avec mes complaintes de fille-écoeurée-des-rénos-qui-fait-un-peu-chier-quand-même-de-se-plaindre-tout-le-temps. Déprimée, « à boutte », jalouse des Plateausiens qui brunchent le dimanche pendant que je me tape le Home Depot et la poussière de chantier pour la 20ème fin de semaine de suite. Je sens déjà que vous êtes contents que je me sois abstenue.

Mais il y a deux semaines, Ô Miracle, j’ai réalisé que la maison allait être é-coeu-ran-te et que tous les efforts, les chicanes de couple, les décisions interminables, l’exaspération, tout ça allait valoir la peine. Il reste des milliers de trucs à faire mais sous nos yeux, la maison est en train de prendre forme. Après des mois passés à retenir notre souffle et à se répéter d’être patients avec un grand P, on peut commencer à mesurer le chemin parcouru. Fêterons-nous Noël dans notre nouveau chez-nous? On l’espère très fort mais rien n’est moins sûr, vu que la cuisine n’est même pas installée.

En attendant, un petit voyage dans le temps, en images.

En décembre 2009, Patrick et moi avons décidé qu’on en avait marre de trimballer nos petites valises chez l’un et chez l’autre. On voulait vivre ensemble, bon. Dilemme: nous sommes tous les deux propriétaires, lui d’un triplex de Petite-Patrie, moi d’un condo du Plateau, mais ni l’un ni l’autre ne trouve l’appart de l’autre à son goût. Il n’y a pas de bureau intéressant pour moi chez lui et il n’y a pas de grande cour  pour lui chez moi. Après avoir passé 3 mois à faire d’innombrables visites en espérant dénicher un autre « plex » qui nous conviendrait à tous les deux, nous sommes arrivés aux constats suivants. 1) Les duplex et triplex à vendre dans les quartiers qui nous intéressaient étaient très chers (450 000$ et plus) et avaient besoin de rénos majeures pour convenir à nos goûts et besoins (espaces décloisonnés. lumière. plusieurs chambres). 2) Ça revenait moins cher de récupérer le 2ème étage du triplex de Patrick pour y aménager un cottage vraiment à notre goût.

Voici donc d’où on est partis, soit le plan du rez-de-chaussée et de l’appartement existant du deuxième étage.

Triplex De La Roche, RDC et 2è existants, Mars 2010

 

Et après moult tergiversations et 3 versions de plans différents, réalisés en collaboration avec notre « dream team » composé de la designer Rébecca Bourque et de l’architecte David Lavoie, on a abouti à ça. À quelques détails près, c’est le plan de la maison tel qu’exécuté.

 

Plan du Rez-de-chaussée. Hormis la petite chambre-bureau, le rangement et la salle de bain, tout le reste de l'espace est une grande aire ouverte en L, éclairé par une porte vitrée surdimensionnée d'environs 16 pieds x 8 pieds à l'arrière, s'ouvrant largement sur la terrasse et le grand jardin en été.

 

Plan de l'étage. Mon bureau se trouvera dans l'aire ouverte donnant sur l'ouverture de l'escalier. On préserve le foyer au bois existant dans le séjour, qui pourra devenir une autre chambre au besoin.

Ça, c’était sur papier. En juin, on a commencé la démolition. En juillet, les travaux. Un aperçu, étape par étape.

Le salon du rez-de-chaussée avant que les idées de grandeur ne s'emparent de nous. On aperçoit la cuisine et la porte menant au jardin à l'arrière.
Le salon, post-démolition. On aperçoit le jardin au fond. Des tonnes et des tonnes de plâtre et de lattes de bois sont sortis de là!

 

Août-Septembre. Les travaux de structure achèvent. On a coulé de nouvelles assises en béton au sous-sol, hissé de nouvelles poutres et colonnes en BC fir récupéré d'une vieille meunerie, et redressé le plancher et le plafond sur tout l'étage. Déjà, on respire, c'est ouvert!
Le gypse est monté à moitié. Il faut préparer l'ouverture pour la grande porte vitrée à l'arrière. La maison ressemble temporairement à une zone de guerre. 31 octobre 2010, il fait froid!!!
Mon look "Europe de l'Est" spécialement conçu pour donner des coups de masse dans un mur de brique avec élégance. Rassurez-vous, on avait solidifié toute la structure de l'ouverture en acier au préalable.
Finaliser le trou. Bonjour les voisins! Oui, on est un peu fous.
Livraison de la porte. A-t-on pris les bonnes mesures? Est-ce que ça va rentrer? Sueurs froides.
C'est encore plus beau que ce qu'on imaginait!! C'était le 8 novembre. Depuis, le nouveau plancher de bois francs a été installé au rez-de-chaussée et le plancher existant réparé au deuxième. Les joints de plâtre sont aussi terminés.
Deuxième étage. Août 2010. La structure est achevée, les nouvelles cloisons montées. Filage électrique terminé.
2ème étage, mi-novembre. Vue depuis mon bureau vers l'arrière de la maison. On aperçoit la céramique de la salle de bain à droite. Le plâtre achève. Les trous des anciennes cloisons qu'on voit au plancher ont depuis été impeccablement réparés par les mains magiques de notre entrepreneur.
Façade arrière, Mars 2010. Sait-on vraiment dans quoi on s'embarque?
Début novembre. En attendant la réception de la porte. 50 voyages à l'Éco-centre plus tard, Patrick a trié le bois qu'il veut conserver pour se construire un nouveau cabanon-atelier l'été prochain.
27 novembre 2010. La vieille "shed" bleue hideuse est démolie, la façade dégagée. Va-t-on nettoyer et garder une partie de la cloison en bois qui nous sépare du voisin? À voir. La cour est à nouveau pleine de détritus. Au printemps, nous allons harmoniser toutes les portes et fenêtres en noir et nous devrons réparer et peindre les balcons aussi.

Comme je disais plus haut, il reste des tonnes de trucs à faire, notamment installer la cuisine, sabler, teindre et huiler les planchers, peinturer partout et finaliser les salles de bain. Encore quelques semaines avant de pouvoir emménager, au bas mot. Va-t-on se réveiller dans notre nouvelle maison au matin du 25 décembre ? Stay tuned.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *